Des "codes de vie" débiles, dans nos écoles

De la 1ere à la 6e année.
Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Administrateur
Messages : 130
Enregistré le : 31 mai 2010, 14:36
Localisation : Lévis, QC
Contact :

Des "codes de vie" débiles, dans nos écoles

Message par cgelinas »

Pris depuis un article initialement publié dans ce blogue... regardez qui se donne le droit de composer un "code de vie" à l'école... un vrai scandale!
Dans le volet "socialiser" de notre convention de gestion, nous avons retravaillé notre code de vie. Pour ce faire, nous avons formé un comité composé de différents intervenants de l'école. M. X.X., psychologue de formation, nous a aussi accompagnés tout au long de ce processus.

[M. X.X.], psychologue, clinicien [...] a un bagage impressionnant : 12 ans en centre de détention sécuritaire, 3 ans en délinquance féminine, 12 ans à l’école secondaire X X-X (instauration d’une classe de retrait), 8 ans en étant une ressource pour desservir 8 commissions scolaires. Depuis 20 ans, il oeuvre au sein d’un bureau de consultation pour victimes d’actes criminels.
Voici mon commentaire:
Contre toute attente, les directives allant dans le sens de la "sécurité" des écoles tendent de plus en plus à ressembler à de la "détention".

Les portes sont toutes sécurisées, les gestes (même les gestes normaux) peuvent faire l'objet de "conséquences" parce que des "directives" ont été avalisées en ce sens.

C'est justement en cherchant d'où émanent ces "nouvelles directives" en fonction d'un "code de vie à l'école" qu'on découvre la vraie nature des individus qui se drapent de vertu en condamnant nos enfants à suivre une voie qui n'est pas toujours la leur.

Les voleurs d'enfance sont dissimulés dans l'ensemble de notre système scolaire. Il ne faut pas être complaisants, avec eux. Enlever le droit à l'enfance à un enfant devrait être considéré un crime grave. Parce que ça l'est!
Juste pour que ce soit clair, nos enfants devraient toujours avoir le droit de parler, dans leur école... sauf dans les salles de classe, pendant les cours.

Être un enfant ne doit pas devenir un acte continuel de suppression de ses instincts fondamentaux.

Empêcher un enfant de parler, à l'école, équivaut à une forme de torture et c'est inacceptable!
Claude Gélinas, Éditeur
educationquebec.com

Blogues: Montréal | Québec | Lévis | Emploi | Éducation | Placements | Transports
Web: Achetez vos noms de domaines au plus bas prix...

Répondre